Rencontre : Marie Toullec, Référente du numéro 51 de Recherches en éducation : Places, rôles et vécus des acteurs et des actrices dans les recherches en éducation et formation

Bonjour Marie Toullec. Vous faites partie du comité éditorial de la revue Recherches en éducation et vous avez récemment coordonné le numéro 51 – Places, rôles et vécus des acteurs et des actrices dans les recherches en éducation et formation. Avec vous et pour les lecteurs du carnet d’hypothèse de la revue, nous aimerions comprendre en quoi consiste cette dimension de l’activité de la revue et qui sont les référentes et référents de la revue. Pour cela, pouvez-vous tout d’abord vous présenter ?

Bonjour, je suis donc Marie Toullec, Maîtresse de conférences hors classe, habilitée à diriger des recherches (HDR), en sciences de l’éducation et de la formation, Nantes Université et Inspé de l’académie de Nantes, membre permanente du Centre de Recherche en Éducation de Nantes (CREN – UR 2661), axe 5 Savoirs, didactiques et philosophies en éducation, membre associée du Centre de Recherches sur l’Éducation, les Apprentissages et la Didactique (CREAD – UR 3875), Axe 1 – Institutions et pratiques d’éducation.

Mes recherches sont principalement centrées sur les inégalités scolaires, plus exactement sur les écarts d’apprentissage produits par l’école. J’étudie plus particulièrement des dispositifs institués par les politiques éducatives nationales et internationales et les mouvements institutionnels appelant une société dite « inclusive », non discriminante, accessible aux personnes dans leur diversité dont ceux dits « à besoins éducatifs particuliers ». Le champ de recherche, qui est actuellement le mien, élargit mon ancrage didactique initial à des questions que l’on peut nommer « socialement vives », dans leurs dimensions politique, sociologique, éthique.

Mes recherches tentent ainsi de mieux comprendre:

  1. ce qui agit sur les inégalités scolaires et, plus particulièrement, l’accès des élèves aux savoirs et des mécanismes qui pèsent sur cet accès ;
  2. ce que les politiques en matière d’éducation et les prescriptions institutionnelles (dans leur évolution et leur concrétisation actuelle) font aux professionnels, à leurs conceptions, à leurs valeurs, à leur langage et à leurs pratiques ;
  3. ce qui détermine les pratiques professorales in situ quand il s’agit d’enseigner à des élèves dans leur hétérogénéité; ce que produit cet enseignement sur les apprentissages des élèves dont ceux plus généralement qualifiés d’élèves « à besoins éducatifs particuliers »;
  4.  ce que font les dispositifs dits « inclusifs » à la forme scolaire.

Le numéro 51 de la revue est intitulé « Les acteurs de recherches en Sciences de l’éducation et de la formation : quelles places, quels rôles ? ». Vous en êtes la référente. Pouvez-vous nous indiquer ce qui vous a amenée à être référente de ce numéro ?

Initialement orientées « sur » l’étude des dispositifs et « sur » les pratiques professionnelles, mes recherches, depuis ces dernières années, donnent une place importante aux démarches « avec », c’est-à-dire à des démarches qui privilégient la participation des acteurs (enseignants, chercheurs, ou autres acteurs) dans les recherches. Il s’agit alors, dans mes recherches, de faire travailler ensemble des chercheurs, connaisseurs pratiques de « faire de la recherche » et des enseignants, connaisseurs pratiques « de faire la classe », avec pour but de « développer et tester des changements qui peuvent améliorer les résultats de manière plus fiable » (Bryk, 2017).  Ce travail coopératif nécessite une symétrie entre chercheurs et professionnels, sous forme de ce qui est nommé « ingénieries coopératives » (CDPE, accepté).

Cette dimension coopérative, ce travailler ensemble, trouve toute sa place dans la thématique de ce dossier, thématique qui, de plus rencontre, un fort intérêt de nombre de chercheurs aujourd’hui. J’ai donc coordonné ce numéro avec une grande appétence et un intérêt à documenter des expériences diverses de recherches « avec ».

Pouvez-vous présenter le fond de ce numéro en quelques mots ?

Ce dossier composé d’une introduction (qui donne une très belle cohérence au dossier) et de 8 articles ouvre des horizons pluriels : différents courants de recherches sont en effet présentés et explicités. Ils ont en commun d’aménager des espaces de rencontre, de négociation, d’interprétation entre divers acteurs et chercheurs, dans une temporalité plus ou moins longue. Ils prennent aussi tous en compte des problèmes de pratiques identifiés collectivement. Ces courants se nomment recherches-intervention (RI), recherches participatives, recherches collaboratives interprétatives (RCI), Recherches Actions Participatives (RAP), …. Ils émergent de demandes locales adressées à des chercheurs ou sont comme les LéA (lieux d’éducation associés), des institutions déjà plus rodées. Ils concourent tous à des enjeux transformatifs des pratiques. 

Si les différents articles montrent l’utilité du travail collectif, ils ne cachent pas les difficultés, les résistances, les obstacles qui surgissent. Cette grande honnêteté est à souligner et donne un intérêt encore plus grand à ce dossier.

Cette richesse et cette diversité rendent probablement nécessaire un travail de communication et de coordination important. Pouvez-vous retracer pour nous les différentes étapes de ce travail ? A quoi avez-vous été particulièrement attentive en tant que référente ?

Mon rôle que je pourrais qualifier d’interlocutrice privilégiée (toujours en lien avec Sylvie Guionnet, l’ingénieure de recherche et bien entendu avec le comité de rédaction) a surtout consisté à répondre aux questions des trois coordonnateurs du numéro, pour être garante des étapes de la publication, selon le rétro-planning arrêté. Il s’est agi de « navettes » par mail, qui ont duré deux ans. Elles ont par exemple concerné l’hétérogénéité de la longueur des articles, le choix des experts (en faisant attention à ce qu’ils fassent partie de laboratoires différents), le retour des expertises (et que faire quand la double expertise est peu favorable ou défavorable à la publication), … Tout s’est déroulé dans une grande confiance, il me semble. Ce rôle de coordonnateur est de plus facilité par les documents de guidage propres à la revue. Ils ont été éclaircis pour qu’ils soient opérants dans cet accompagnement de numéro.

Pour conclure cet entretien, auriez-vous quelques conseils de lecture pour celles et ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur le sujet ?

Des ouvertures en termes de publication :

CDPE (à paraître, 2024). Dans CDPE, Un art de faire ensemble. Presses universitaires de Rennes.

Monod-Ansaldi, R., Loisy, C. et Gruson, B. (2022). Le réseau des lieux d’éducation associés (LéA) – Un instrument pour la recherche en éducation, Presses Universitaires de Rennes (PUR)

Pelletier, L. et Savournin, F. (à paraître, 2024). Diversité de regards sur la recherche avec.  Cépaduès, collection Esperluette.

Merci beaucoup pour votre contribution !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Tanguy Philippe (4 octobre 2023). Rencontre : Marie Toullec, Référente du numéro 51 de Recherches en éducation : Places, rôles et vécus des acteurs et des actrices dans les recherches en éducation et formation. Carnet de Recherches en éducation. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://ree.hypotheses.org/273


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.