Rencontre avec Michel Fabre et Céline Chauvigné

Pour ce premier billet du Carnet de la revue Recherches en éducation, nous allons à la rencontre de deux acteurs-phare de la revue : Michel Fabre (qui en est le fondateur) et Céline Chauvigné (qui en est la rédactrice en chef). Cette rencontre est l’occasion de découvrir deux personnages, deux parcours et deux itinéraires qui accompagnent la revue. Qui plus est, nos premiers témoins ont souhaité dialoguer et co-écrire : tout ce qu’il faut pour donner à voir les questions qui accompagnent notre revue, comment elles émergent, contribuent à la réflexion collective, et comment elles cheminent.

1.      pouvez-vous vous présenter et présenter votre parcours ?

Céline Chauvigné

Céline Chauvigné (désormais CC). De formation d’historienne, mon parcours professionnel s’arrête un temps au sein des établissements scolaires en tant que conseillère principale d’éducation avec comme postulats l’éducabilité et la possible formation de citoyens en devenir. Repérée par les instances rectorales (cellule vie scolaire) et de formation (IUFM) des pays de la Loire, une première bifurcation s’opère avec des missions au service d’une part d’élèves élus au niveau académique et national pour défendre leurs droits et une école plus juste et d’autre part auprès des étudiants désireux d’embrasser une carrière de conseillers principaux d’éducation (CPE). Chemin faisant, j’ai repris une thèse en Sciences de l’éducation, plus en adéquation avec mes préoccupations du moment que la thèse d’histoire entreprise quelques années auparavant, tout en étant partagée entre les missions de formatrice et l’exercice de mon métier d’origine. Mon parcours universitaire m’amena peu de temps après la mastérisation des IUFM devenus ESPE, sous le statut de maître de conférences, à poursuivre ma mission en tant que responsable de la mention encadrement éducatif (en charge des CPE) et chercheuse intéressée par les questions d’émancipation ; questions qui ont donné lieu, il y a quelque temps, à une habilitation à diriger des recherches. La défense des sciences de l’éducation, leur diffusion et la variété des recherches dans ce domaine me conduisent également aujourd’hui à co-présider l’association des enseignants et chercheurs (l’AECSE : NDLR) et évaluer les produits et productions de la recherche dans ce domaine.

Michel Fabre

Michel Fabre (désormais MF). Je suis de formation philosophique et après l’agrégation, après un court passage au Lycée je suis nommé dans une École Normale d’Instituteurs. Je me passionne pour la pédagogie et le travail collectif avec des collègues professeurs et instituteurs. Je commence alors un deuxième cursus en Sciences de l’éducation jusqu’à la thèse. Mon parcours universitaire est assez rectiligne ensuite : MCF à l’IUFM et à l’Université de Caen puis après l’Habilitation à diriger des recherches Professeur à l‘Université de Nantes. J’y dirigerai le laboratoire de Sciences de l’Éducation (le CREN) pendant une dizaine d’années. Je suis désormais professeur émérite (donc en retraite), mais certains de mes collègues ont la gentillesse de m’inviter à travailler avec eux dans des séminaires de recherches et veulent bien m’associer à leurs travaux collectifs et au fonctionnement de la revue. Ce qui me donne l’impression d’être encore un peu utile.

2.     Vous avez chacun un rôle-clé dans la revue Recherches en éducation : pouvez-vous revenir sur ces fonctions, mais aussi les moments principaux d’une année-type de la revue ?

MF. J’ai créé Recherches en Éducation en 2006, soutenu par quelques collègues comme Christian Orange, et Yves Dutercq. Elle prenait alors le relais d’une revue de laboratoire (Les Cahiers du CREN) qui était une revue papier distribuée par le CNDP. Je voulais donner plus de visibilité aux travaux que nous réalisions au CREN et pour cela en faire une revue sur le Net. Puis la perspective s’est faite plus large, la revue a été labélisée revue scientifique et progressivement, son public s’est élargi. Je tenais à ce qu’elle soit en libre accès et donc entièrement gratuite. Ce qui n’a été possible que par le soutien des institutions (université, laboratoire, composante).

« (…) je tenais à ce qu’elle soit en libre accès et donc entièrement gratuite (…) ». MF

CC. Quelle belle histoire cette revue née d’un collectif pluridisciplinaire que les questions d’éducation ont uni ! La diversité et la qualité scientifique de la revue ont été très inspirantes dans les recherches que j’ai menées. L’invitation de Michel Fabre à rejoindre cette équipe d’enseignants chercheurs et ingénieur d’études m’a permis dans un premier temps de seconder son fondateur dans les décisions inhérentes à une revue scientifique : lecture critique et suivi des dossiers thématiques, des varia, décision sur ouvrages à recenser, amélioration des procédures d’expertises, etc., à raison de quatre numéros par an.  L’héritage n’était pas simple ! Comment maintenir le cap avec une revue déjà reconnue, qui n’avait plus rien à prouver et menée avec une grande expertise !

Le défi était de taille ! Nous avons poursuivi le travail amorcé, veillé au plus grand rayonnement encore de cette belle revue par la multiplication des moyens techniques, partenariaux, en lui donnant un autre visuel et en enrichissant ses procédures et ses offres. Chaque parution trimestrielle est une naissance et le travail d’une équipe enthousiaste et impliquée.

« (…) Chaque parution trimestrielle est une naissance et le travail d’une équipe enthousiaste et impliquée (…). CC

3.     Pouvez-vous revenir sur le cheminement qui vous a amené à vous impliquer et investir dans la revue ? Cette implication est-elle issue de collaborations, de rencontres ?

CC. Oui, c’est l’histoire de belles rencontres et d’intérêts communs partagés. C’est aussi une histoire de confiance mutuelle. Mais c’est aussi le fruit d’un travail et l’envie de faire valoir une expertise dans le champ des sciences de l’éducation et de la formation aujourd’hui. Je suis très honorée de pouvoir poursuivre comme tous les membres de la revue cette aventure sous l’œil expert des plus anciens et de son fondateur. 

MF. Une grande étape dans l’histoire de la revue a été sa labélisation comme revue scientifique. Il a fallu alors se plier aux exigences de la communauté scientifique et définir en conséquence une politique rédactionnelle et des procédures. L’idée était de rester une revue généraliste, en libre accès et ouverte à toutes les approches théoriques et pratiques des sciences de l’éducation.

La vie d’une revue scientifique tient à des réseaux, des rencontres et à beaucoup d’investissement bénévole. En 2016, pour les 10 ans de la revue, j’ai proposé à Céline Chauvigné qui était déjà au comité de rédaction d’en prendre la direction.  Avec l’aide de Sylvie Guionnet et du comité de rédaction, elle a non seulement fait vivre la revue, mais l’a considérablement développée. Le transfert sous Openedition a contribué encore à son rayonnement si bien que je constate, non sans fierté, que Recherche en Éducation est devenue à présent une revue qui compte dans le champ des Sciences de l’éducation. Oui, c’est une belle aventure et de belles rencontres !

4.    Quelles sont vos thématiques de recherche – ou domaines d’action en recherche personnelle ?

CC. Mes recherches sont étroitement liées à mon cursus universitaire et mon parcours professionnel évoqués plus haut. D’un chemin de vie à la recherche, la formation du citoyen, la forme scolaire (notamment la vie scolaire) et l’école et ses acteurs (du développement éthique à la professionnalisation) ont orienté mes centres d’intérêt. L’ouverture à la philosophie et la réflexion sur les valeurs en éducation initiée par Michel Fabre, nous permettent aujourd’hui de croiser nos recherches et nos réflexions dans l’évolution actuelle de notre monde autour de questions socialement vives qui traversent l’éducation et la société au quotidien.

« L’ouverture à la philosophie et la réflexion sur les valeurs en éducation initiée par Michel Fabre, nous permettent aujourd’hui de croiser nos recherches et nos réflexions dans l’évolution actuelle de notre monde autour de questions socialement vives qui traversent l’éducation et la société au quotidien. ». CC

MF. Depuis les débuts de mes recherches, je travaille sur la notion de problème, de problématisation, d’apprentissage par problèmes. C’est un thème que j’ai défriché avec un certain nombre de collègues lorsque nous étions enseignants à l’École Normale. Et nous avons continué depuis dans le séminaire problématisation du CREN. J’ai développé dans cette thématique, un certain nombre de travaux sur la formation, sur l’idée de problématisation et sur la pédagogie des problèmes, sur l’éducation dans un monde problématique. Plusieurs auteurs m’ont inspiré dans mon parcours comme Gaston Bachelard, John Dewey, Michel Meyer et plus récemment, dans le contexte des questions écologiques, Hans Jonas. Actuellement je m’intéresse à l’enseignement des Questions Socialement Vives que j’aborde en référence à la tradition de philosophie politique anglo-saxonne des problèmes pernicieux (wicked problems). Céline Chauvigné et moi codirigeons un séminaire consacré à ces questions.

« J’ai développé dans cette thématique [la notion de problème : NDLR], un certain nombre de travaux sur la formation, sur l’idée de problématisation et sur la pédagogie des problèmes, sur l’éducation dans un monde problématique. […] Actuellement je m’intéresse à l’enseignement des Questions Socialement Vives ». MF

5.     Pour nos lecteurs et lectrices, pouvez-vous indiquer quelques lectures ou liens dans vos domaines respectifs de spécialité ?

CC. C’est une question bien difficile, il faut faire des choix et le lectorat est très varié ! Les domaines et thématiques qui nous intéressent font l’objet le plus souvent d’un travail collectif au sein de séminaires de recherche s’adossant sur la transmission des savoirs et des valeurs en éducation tout en réfléchissant aux approches pédagogiques et formes scolaires qui les accompagnent. Au titre de mon travail personnel, je signale L’éducation citoyenne au Lycée. Pratiques d’acteurs (1881-2010). L’harmattan, 2017 ainsi que le petit dernier : La vie scolaire, une histoire singulière du système éducatif… (2022, PURH), mais l’actualité éducative, vous amènera sûrement à lire le suivant dans quelques mois : Éducation et Anthropocène : repères pour un monde incertain (ouvrage collectif à paraître 2022 aux PURH) ! Pour plus d’information, https://cv.archives-ouvertes.fr/celine-chauvigne

MF. Tout dépend des entrées respectives des lecteurs et de leurs intérêts. Pour s’en tenir aux ouvrages les plus récents, on peut entrer par la pédagogie (Le sens du problème. Problématiser à l’école, De Boeck, 2016). Si l’on veut entrer par les auteurs, on peut lire Éducation et Humanisme. Lecture de John Dewey, Vrin, 2017, ou encore Un avenir problématique. Éducation et responsabilité d’après Hans Jonas, Raison et Passions, 2021). Pour plus d’informations, https://cv.archives-ouvertes.fr/michel-fabre?langChosen=fr

6.     Quel peut être l’application de votre travail éditorial pour les acteurs du monde de l’éducation et de la formation ?

CC / MF. La revue est généraliste. Les articles de la revue concernent toutes les disciplines contributives des Sciences de l’éducation et de la formation. Ils intéressent le travail des chercheurs, mais également des professionnels de l’éducation (l’Éducation nationale, la formation des adultes, mais aussi les professions du social, de la santé, etc.)

« La revue est généraliste. Les articles de la revue concernent toutes les disciplines contributives des Sciences de l’éducation et de la formation. Ils intéressent le travail des chercheurs, mais également des professionnels de l’éducation (…) » CC / MF

7.     Quelles suggestions pouvez-vous faire aux étudiants se destinant au monde de l’éducation, souhaitant exploiter les ressources de la revue dans leurs cours, dossiers, projets ou mémoires de recherche ?

CC / MF.  Dans une revue comme la nôtre, qui se veut généraliste et qui a maintenant un certain nombre de numéros, les étudiants des sciences de l’éducation et de la formation peuvent trouver des informations et des réflexions concernant une large gamme de sujets qu’ils ont à aborder dans leur cursus. Ils y trouveront des articles venant de toutes les disciplines contributives des sciences de l’éducation avec leurs démarches et leurs méthodologies propres qu’elles soient réflexives, empiriques, historiques, etc. ; un atout précieux pour ces étudiants tant dans la construction de leur mémoire ou dans leur future pratique professionnelle qu’ils soient enseignants ou conseillers principaux d’éducation.

8.     Quelles sont les questions qui vous semblent en suspens et qui restent à investiguer pour la revue ? Quels sont vos projets dans le domaine ?

CC / MF. La revue est à présent reconnue sur le plan national et dans le monde francophone. Deux défis actuels se posent à nous : une meilleure lisibilité internationale pour faire connaître notre expertise, mais aussi par notre offre faire une part plus large à des analyses servant d’outils de formation.

Nantes, Février 2022

Recherches en éducation ouvre son carnet d’hypothèses !

La revue Recherches en éducation vous propose désormais un Carnet d’hypothèses, destiné à accompagner l’actualité de la revue, élargir les contenu proposés et mettre en valeur les articles publiés depuis sa création en 2006.

Ce nouveau Carnet d’hypothèses est une interface dynamique pour aborder les questions, enjeux, pratiques et actualités du monde de l’éducation et de la formation.

Retrouvez également Recherches en éducation sur Twitter, Linkedin, Facebook, Academia et ResearchGate.

A bientôt !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search